Merveilles livresques

The Hate U Give, Angie Thomas

Voilà un livre que j’attendais de lire depuis longtemps. Je savais que la lecture allait être difficile, douloureuse et poignante, ce fut le cas. Lisez-le. 

 

Starr a seize ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres entre gangs, la drogue et les descentes de police. Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic ; tous les jours, elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes.

Mais tout vole en éclats le soir où son ami d’enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux. Starr est la seule témoin. Et tandis que son quartier s’embrase, tandis que la police cherche à enterrer l’affaire, tandis que les gangs font pression sur elle pour qu’elle se taise, Starr va apprendre à surmonter son deuil et sa colère ; et à redresser la tête.

L’avis de Mistikrak! sur Planète Diversité

Ressources anti-racistes à destination des personnes blanches par Women who do stuff

Des manières d’aider (dons, pétitions…). Lien récupéré sur le site de Planète Diversité

 

 

Voilà un article bien compliqué à écrire. Tout d’abord, je tiens à préciser que je suis une femme blanche et qu’ainsi, je ne parle qu’en tant qu’alliée et en tant que lectrice.

L’histoire commence plutôt rapidement. On est amené·e à rencontrer Starr et très vite, on assiste au meurtre de son ami Khalil par un policier blanc. Starr se retrouve la seule témoin, et va devoir gérer le rôle qui vient de lui tomber dessus. En plus de l’affaire policière en elle, où Starr va devoir choisir comment témoigner etc., c’est tout le quartier de Starr qui va être en ébullition, mais que l’on va aussi apprendre à connaître (avec le commerce de quartier tenu par son père, le barbier d’à côté ou encore la vieille dame fait des gâteaux pour tout le monde). 

Le personnage de Starr est écartelée entre deux mondes, entre la Starr qu’elle est quand elle est chez elle, et la Starr qu’elle montre au lycée, la Starr minimisée, qui s’affirme moins car elle a peur d’être encore plus stigmatisée. Ce paradoxe entre ces deux mondes marque tout le roman. Que ce soit entre le quartier de son lycée et chez elle, ou encore avec le quartier où vit son oncle (qui est policier). Habituée à être plutôt silencieuse, avec l’injustice de la mort de Khalil elle va prendre sur elle pour témoigner, même si ça ne va pas plaire à tout le monde (aux policiers comme à des personnes de quartiers qui ne veulent pas attirer l’attention). 

Le meurtre de Khalil est similaire à beaucoup de meurtres dont on a pu entendre parler (ou pas d’ailleurs) et c’est terrifiant de voir un tel schéma se répéter. C’est terrifiant de prendre tout la mesure de ce que ça peut représenter comme nombre de personnes innocentes qui se font tuer. En tant que personne blanche privilégiée, j’avais l’impression d’avoir un peu conscience de certaines choses, de la peur qu’un policier blanc peut exercer. Mais, en vérité, avant ce livre, je ne touchais pas du tout du doigt le problème. Le problème se voit dans le quotidien de Starr, quand elle raconte qu’enfant, la première chose qu’on t’apprend c’est que devant un policier il faut se taire, baisser les yeux et garder les mains bien en évidence. Quand on voit Starr terrifiée parce que sa mère subit un “simple” contrôle et qu’on prend conscience de la manière dont ça peut déraper car les forces de l’ordre sont fondamentalement racistes. 

En bref, c’est une lecture extrêmement poignante et plus que nécessaire pour ouvrir les yeux sur les violences policières et sur le racisme des forces de l’ordre. Je pensais avoir conscience de certaines choses, et oui j’en avais conscience mais je ne les touchais pas du doigt comme avec ce livre, dans lequel j’ai compris encore plus de choses. Un bon rappel qu’il est important de s’informer et de s’éduquer, ce que je vais continuer à faire.

  1. Ce livre me tente vraiment. Tu en parles très bien.

      • Sphinxou
      • 29 août 2020
      Répondre

      Merci 🙂

    • Kin
    • 5 août 2020
    Répondre

    Faudrait que je regarde s’il est à ma bibli, ça m’intéresserait de le lire 🙂

  2. Répondre

    Il est dans ma PAL et me tente tellement!

Laisser un commentaire