Merveilles livresques

Seule dans l’espace, de S. K. Vaughn

Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie. (Blaise Pascal)
Cette lecture traînait dans ma PAL depuis un peu plus d’un mois, et j’ai eu le plaisir de la lire lors d’une seule soirée cocooning thé-canapé. Un très bon moment pour lequel je remercie chaleureusement les équipes de Bragelonne et les Ladies de l’édition. 

 

Décembre 2067.
Seule humaine vivante à bord du Hawking II, la commandante May Knox était en mission d’exploration dans l’espace lorsque la catastrophe se produit. May se réveille d’un coma artificiel au cœur d’un vaisseau vide, sans aucun souvenir de ce qui s’est passé. Les systèmes à bord tombent en panne un par un et le reste de l’équipage a disparu. Elle découvre alors que ce qui ressemble à un accident n’en était peut-être pas un… May n’a plus qu’une chance de survie : Stephen Knox, scientifique de la NASA qui dirigeait la mission depuis la Terre. Et accessoirement son ex-mari, dont elle vient de se séparer. À présent, May s’accroche à la vie et à la voix de Stephen, qui traverse les espaces infinis pour tenter de la ramener chez elle.

Fiche livraddict du livre.

 

 

 

 

Au début du roman, nous découvrons le personnage de May, qui se réveille dans l’infirmerie du vaisseau dont elle est la capitaine. Elle est un peu amnésique et la seule personne à qui elle peut parler est une IA à laquelle elle va donner le nom de sa mère. Alors que May commence enquêter sur ce qui a bien pu se passer, elle découvre qu’elle est la seule vivante à bord. Commence alors un thriller des plus tendus, combiné à la solitude et de la survie dans l’espace. Loin de tout. En parallèle, nous allons suivre ce qui se passe sur Terre et comment l’ex-mari de May tente de comprendre ce qu’il se passe et de la sauver. L’intrigue, de la Terre à l’espace, va alterner entre complot, survie et course contre la montre…   Au fur et à mesure que May récupère ses souvenirs, nous les redécouvrons avec elle et récupérons des clés pour comprendre d’autres éléments de l’intrigue. 

Un des points forts de ce roman est le personnage de May et sa solitude dans l’espace. Elle est seule à bord d’un vaisseau abandonné et passé les premiers soucis techniques, elle va aller à la rencontre de la solitude. Une IA ne suffit pas à combler le manque d’interactions, même si elle va la modeler pour correspondre le plus à ses attentes au fur et à mesure. May va petit à petit récupérer des souvenirs et du coup, se questionner sur ses actions et sur ces choix. Il y a de longs moments d’introspection qui n’alourdissent pas le récit et qui apportent vraiment beaucoup au personnage. J’ai vraiment aimé replonger dans toute la mélancolie de ses souvenirs. 

Le récit commence rapidement à alterner les points de vues entre May et son mari, qui lui, est resté sur Terre. Enfin son ex-mari, car ils venaient de se séparer avant le départ de la mission. Nous alternons également entre les temporalités, au fur et à mesure des souvenirs que partagent May et Stephen. J’ai bien aimé toute cette alternance. Cela pose des moments de calme et d’introspection entre des moments beaucoup plus intenses. May se retrouve en danger un nombre immense de fois, pour des raisons plus ou moins terrifiantes et j’ai été souvent scotchée à mon livre, attendant de voir ce qui allait lui arriver. 

 

En bref : une lecture intense, entre vide spatial et complots terrestres… Dévoré en une soirée !

  1. Répondre

    Je ne suis pas très histoires dans l’espace, mais tu m’as bien tentée avec ce thriller d’autant que j’apprécie quand il y a une alternance des points de vue et que l’on suit un personnage dans sa quête de souvenirs…

      • Sphinxou
      • 22 décembre 2019
      Répondre

      Alors c’est tout bon ! Vu ce que tu me dis, ça se tente 🙂

  2. Pingback: Seule dans l’espace, de S. K. Vaughn - Les Blogueuses

Laisser un commentaire