Merveilles livresques

Le sixième monde #1, Rebecca Roanhorse

Petite aventure dans un univers post-apo aux airs de bit-lit avec le premier tome de Le Sixième Monde de Rebecca Roanhorse. Une très chouette lecture, qui laisse présager une très bonne série si ça continue comme ça.

 

L’apocalypse climatique a englouti la majeure partie du monde, mais Dinétah, l’ancienne réserve navajo, a connu une véritable renaissance. Les dieux et les héros des légendes ont pris vie… tout comme les monstres. Maggie Hoskie est une chasseuse de monstres et une tueuse aux dons surnaturels, le dernier espoir d’une famille qui fait appel à elle pour retrouver une fillette disparue. Cependant, la créature qui a enlevé l’enfant n’est que l’une des pièces d’un vaste et terrifiant puzzle que Maggie va devoir résoudre pour protéger les innocents.

À contrecœur, elle accepte l’aide de Kai Arviso, un homme-médecine peu conventionnel. Sillonnant la réserve, ils déterrent de vieilles légendes, s’acoquinent avec un personnage des plus louches et affrontent une magie des plus noires dans un monde dévasté à la technologie mourante. Pour survivre, et découvrir ce qui se trame derrière ces disparitions, Maggie devra affronter son douloureux passé.

Bienvenue dans le Sixième Monde.

 

 

J’ai découvert cette lecture grâce à ma meilleure amie (qui est aussi sur insta d’ailleurs :)) qui m’a proposé une lecture commune. En farfouillant dans sa PAL, elle a trouvé ce titre qui nous a fait envie à toutes les deux. Le pitch me faisait bien envie, alors on était vite parties. On s’est d’abord donné pour objectif de lire 3 chapitres par jour, histoire de voir comment ça allait se passer. Bon. J’ai démarré avec trois jours de retard (don’t judge me), mais j’ai vite rattrapé et finalement on a augmenté le rythme. Le livre était assez court, ça nous aura occupé une petite semaine (même si pour le coup on aurait pu se donner plus de chapitres par jour pour être moins frustrée). 

Il faut dire que si j’étais frustrée à chaque fois que je devais m’arrêter c’est parce que j’ai passé un super bon moment de lecture. L’univers développé par l’autrice est assez original. D’un côté, du post-apo, un peu à la Mad Max, avec une grande sécheresse et cette esthétique très sable et pétrole. Déjà, en soit c’était assez cool. De l’autre côté, on a aussi toute la partie surnaturel-fantastique, avec les légendes amérindiennes et le peuple navajo. Au fil de ce premier tome, on comprend un peu mieux ce monde et ce que les légendes viennent y faire. 

Maggie est une héroïne plutôt badass comme on peut en avoir l’habitude dans ce genre de romans. Elle m’a fait penser à Mercy Thompson (tout ça parce qu’elle vit dans un mobil-home haha). D’origine navajo, elle a des pouvoirs qui lui viennent de ses clans parents et ils sont des plus impressionnants. J’ai bien aimé ce côté “super pouvoir”, même si là c’est plus subtil qu’avec des genres de super héros du coup. Lancée dans une quête contre des monstres apparus dans la région, Maggie va rencontrer des personnages hauts en couleurs et elle va devoir faire avec eux si elle veut survivre. Tous plus énigmatiques les uns que les autres, l’intrigue gardera le suspense jusqu’au bout, et nous tient même en haleine pour la suite.

Les légendes amérindiennes sont hyper bien intégrées à l’histoire – même si je m’y suis parfois un peu perdue à cause du vocabulaire (car non, je ne suis pas allée consulter le dico en fin du livre…). Il y a des indices un peu cachés qui donnent des indications pour certains personnages et j’ai hâte de voir ce qu’il en sera dans la suite. À la lecture c’est hyper rapide et fluide, peut-être parfois un peu trop fluide, j’aurais bien aimé m’appesantir sur les backgrounds des personnages. Mais ce sera aussi sûrement étoffé dans le tome 2. 

 

En bref : une très bonne découverte. J’ai hâte de voir ce que l’autrice nous proposera dans la suite et si nos hypothèses sont justes. J’ai adoré découvrir ce livre en lecture commune, nous avons pu échanger régulièrement sur notre lecture et c’était vraiment génial.

Laisser un commentaire