Merveilles livresques

La vie invisible d’Addie Larue, V. Schwab

Hello hello ! Pendant le mois de septembre j’ai décidé de me lancer enfin dans un titre dont on avait beaucoup entendu parlé à sa sortie La vie invisible d’Addie Larue de Victoria Schwab !

 

Une vie dont personne ne se souviendra… Une histoire que vous ne pourrez plus jamais oublier… Une nuit de 1714, dans un moment de désespoir, une jeune femme avide de liberté scelle un pacte avec le diable. Mais si elle obtient le droit de vivre éternellement, en échange, personne ne pourra jamais plus se rappeler ni son nom ni son visage. La voilà condamnée à traverser les âges comme un fantôme, incapable de raconter son histoire, aussitôt effacée de la mémoire de tous ceux qui croisent sa route.

Ainsi commence une vie extraordinaire, faite de découvertes et d’aventures stupéfiantes, qui la mènent pendant plusieurs siècles de rencontres en rencontres, toujours éphémères, dans plusieurs pays d’Europe d’abord, puis dans le monde entier. Jusqu’au jour où elle pénètre dans une petite librairie à New York : et là, pour la première fois en trois cents ans, l’homme derrière le comptoir la reconnaît. Quelle peut donc bien être la raison de ce miracle ? Est-ce un piège ou un incroyable coup de chance ?

Fiche livraddict du livre.

 

 

 

J’ai un avis plutôt en demi-teinte sur ce titre car énormément de choses m’ont plus, mais d’autres moins. Bon, déjà j’ai adoré le concept de ce titre. Addie, pour échapper à une vie dont elle ne veut pas passe un pacte avec un démon, et se retrouve immortelle, libre, mais tout le monde l’oublie. Littéralement. C’est à dire qu’elle peut se faufiler partout, personne ne se souviendra l’avoir vu, quoiqu’elle fasse. Le roman alterne entre des chapitres dans le présent (2014) et différents moments de sa vie entre la nuit de son pacte et le présent justement.

Ces allers-retours dans sa vie sont plus ou moins utiles. Certains chapitres m’ont beaucoup plus, car on découvre avec Addie l’étendue de sa malédiction. Jusqu’à quel point peut-elle être oubliée ? Comment en jouer pour obtenir ce dont elle a besoin pour vivre ? Car oui, outre l’aspect social, c’est compliqué de trouver un endroit où dormir si personne ne se souvient de vous (exit l’idée de louer un appart quoi). D’autres chapitres creusent les moments où le démon revient la hanter, pour lui demander si elle veut abandonner et lui donner son âme. Ce sont mes chapitres préférés pour plein de raisons.

Dans le présent, elle rencontre quelqu’un qui ne l’oublie pas et cet aspect du roman m’a moins plu. Disons que l’inévitable romance qui en découle m’a semblée beaucoup moins intéressante que tous les autres aspects du livre. J’ai adoré suivre la découverte d’Addie de tous les aspects de sa malédiction, mais aussi la manière dont elle essaye de laisser sa trace malgré tout sur le monde. Elle comprend que certaines choses ne peuvent pas être vraiment oubliées et elle fait germer – comme une muse – des idées auprès de certaines personnes. Une partie d’elle se retrouve à exister dans l’art et j’adore cet aspect. Addie se questionne aussi beaucoup sur l’immortalité etc.

Le style de l’autrice m’a bien plu, même si j’ai passé mon temps à alterner entre des parties qui me plaisaient beaucoup et d’autres qui m’ennuyaient vraiment…

 

En bref, une lecture en demi-teinte, j’adorais le concept mais j’aurais préféré que ça prenne un autre chemin, plus sombre et plus autour du concept d’immortalité etc.

  1. J’ai mis du temps à entrer dedans avec cette ambiance vraiment particulière mais j’ai vraiment apprécié le personnage d’Addie et sa malédiction est vraiment intéressante à explorer.

      • Sphinxou
      • 26 octobre 2021
      Répondre

      Oui sa malédiction est vraiment intéressante à suivre !

  2. Répondre

    Ce livre me déroute car je n’arrive pas à savoir si je veux le lire ou pas^^
    Il y a l’air d’avoir de très bonnes choses mais ton avis me confirme qu’il y a aussi des parties moins intéressantes.
    On verra si je finis par le prendre spontanément ou pas 🙂

      • Sphinxou
      • 26 octobre 2021
      Répondre

      Oui c’est assez déroutant!

  3. Malgré ton bémol, tu sembles avoir trouvé pas mal de qualités à ce roman qui me tente autant qu’il me fait peur. Toute la partie sur le démon a l’air passionnante tout comme cette idée de perdurer dans l’art, une autre forme d’immortalité.

      • Sphinxou
      • 13 octobre 2021
      Répondre

      Oui il a quand même des gros points positifs aussi 🙂 et oui exactement pour l’art !

Laisser un commentaire