Merveilles livresques

La Croisade éternelle #1 de Victor Fleury

Envie de voyager au cœur d’un roman de fantasy assez original, c’est par là ! Merci aux éditions Bragelonne pour cette lecture !

 

Au cœur de la capitale d’un empire millénaire, la prêtresse Nisaba est la principale servante de l’héritier royal, Akurgal. La jeune femme a de quoi haïr la famille régnante, même si elle est forcée de servir son maître sans protester. Or celui-ci est réputé pour sa décadence, utilisant sans mesure ses oblats, des esclaves sacrés dont il s’est approprié les sens grâce à ses pouvoirs mystiques – ces derniers sont contraints de partager ses sensations, douleur, plaisir, mémoire et plus encore.

Mais quand Akurgal décide de partir en croisade aux confins de l’empire, Nisaba se voit obligée de le suivre en laissant son propre fils derrière elle. Alors que secrets et complots semblent se multiplier dans l’entourage de son maître, la prêtresse esclave parviendra-t-elle à le protéger, et à sauver l’empire tout entier de la ruine ?

Fiche livraddict du livre.

 

Le premier chapitre de ce roman nous plonge dans la vie de Nisaba, la personnage principal, au moment où elle arrive dans l’empire, alors qu’elle n’est encore une enfant. Nous découvrons alors certains aspects de l’empire de ses yeux, avant que le chapitre suivant nous projette de nombreuses années après. Nous redécouvrons alors Nisaba dans sa nouvelle vie. C’est une oblate de peau, c’est à dire qu’elle ressent tout ce que la personne à qui elle est liée ressent, physiquement, et inversement. Et c’est à l’héritier Akurgal qu’elle est liée.

On comprend vite qu’il lui est arrivé beaucoup de choses depuis le premier chapitre, et les trous seront remplis au fur et à mesure de l’intrigue. Cette dernière va d’abord poser les bases, celles de l’empire et du fonctionnement du système des oblats, ainsi que des relations existantes entre les personnages. Ce sont elles qui seront finalement importantes pour la suite de l’histoire. Entre complots, magie ancestrale, dieux et guerre il y aura de quoi faire. Les rebondissements m’ont surpris et la fin ouvre sur le tome 2 d’une bonne manière. J’ai hâte de découvrir les conséquences de la fin de ce premier tome.

Il n’est pas toujours facile de construire un univers de fantasy et de le faire se démarquer de nos jours (enfin c’est mon avis perso). Ici pas de places pour les nains ou les elfes, l’Empire d’Ubuk se démarque par sa magie et sa religion, qui aura une place très importante dans toute l’histoire. La Haute-Prêtresse est la reine de cette empire (on y voit le poids de la religion) et tout tourne autour de leur culte. Le tout est très dépaysant, l’auteur s’est inspiré de la Mésopotamie et entre ça et la magie ça donne quelque chose d’assez original.

Je ne peux pas dire avoir eu un coup de cœur pour les personnages. J’ai encore du mal à m’attacher à Nisaba, la personnage principale, pour pleins de raisons. Mais elle est ultra intéressante, car elle cache beaucoup de choses, mêmes aux lecteurs donc on en apprend beaucoup sur elle au fil de ce tome. De même que sur ses relations avec les autres personnages et les autres oblats. C’est vraiment la relation entre ces oblats et leur maître Akurgal qui m’a plu. Ils sont tous esclaves de cet homme et l’apprécient plus ou moins, mais ils doivent tous veiller sur lui car s’il meurt ils meurent tous… Ce déséquilibre est intéressant, car Akurgal a aussi tout un background avec eux et avec Nisaba.

 

En bref, j’ai adoré cette lecture ! J’ai été un peu perdue au début en découvrant tout cet univers et ce personnage auquel il était arrivé beaucoup de choses qu’on ne connaissait pas. Mais je me suis laissée emporter et j’ai beaucoup aimé. Je trouve le principe des oblats très intéressants et j’ai hâte de découvrir la suite !

  1. Répondre

    je ne connais pas du tout cette saga mais j’adore ce genre littéraire alors cette lecture pourrait me plaire 🙂

      • Sphinxou
      • 30 avril 2019
      Répondre

      Oui c’est plutôt original ! !=)

    • Vampilou
    • 29 avril 2019
    Répondre

    C’est marrant, le symbole de la couverture m’a refait penser à “Hunger Games” ! En tout cas, l’univers paraît très fouillé et assez passionnant, alors je note pour découvrir 😃

      • Sphinxou
      • 29 avril 2019
      Répondre

      Haha oui c’est vrai !

  2. Je suis vraiment intéressée par ce livre entre magie, complot et religion. Le fait qu’un dirigeant soit si intimement lié à ses esclaves m’intrigue particulièrement.

      • Sphinxou
      • 29 avril 2019
      Répondre

      Oui cette relation entre le prince et ses oblats est vraiment intéressante ! 🙂

Laisser un commentaire