Merveilles livresques

D’or et d’oreillers, Flore Vesco #Plib2022

Hello, nouvel article sur un titre du Plib2022 aujourd’hui. Sachez directement que je suis complètement passée à côté de ce titre, mais vraiment…

 

C’est un lit vertigineux, sur lequel on a empilé une dizaine de matelas. Il trône au centre de la chambre qui accueille les prétendantes de lord Handerson. Le riche héritier a conçu un test pour choisir au mieux sa future épouse. Chaque candidate est invitée à passer une nuit à Blenkinsop Castle, seule, sans parent, ni chaperon, dans ce lit d’une hauteur invraisemblable. Pour l’heure, les prétendantes, toutes filles de bonne famille, ont été renvoyées chez elles au petit matin, sans aucune explication.

Mais voici que lord Handerson propose à Sadima de passer l’épreuve. Robuste et vaillante, simple femme de chambre, Sadima n’a pourtant rien d’une princesse au petit pois ! Et c’est tant mieux, car nous ne sommes pas dans un conte de fées mais dans une histoire d’amour et de sorcellerie où l’on apprend ce que les jeunes filles font en secret, la nuit, dans leur lit…

#ISBN9782211310239

Fiche du livre sur le site du Plib.

 

 

Bon. Je suis désolée d’avance pour toustes celleux qui ont aimé ce titre. Ce que je vais en dire n’est en aucun cas un jugement sur vous ou sur l’autrice. J’ai hésité à faire un post sur ce titre, mais étant donné que c’est un des sélectionnés du Plib, j’ai préféré en faire un, car ça fait partie du jeu. Même si d’habitude je parle assez peu des lectures que je n’ai pas du tout aimées, je me contente en général de passer directement à autre chose.

Pour être honnête je dois vous dire que ce titre partait avec deux mauvais points. Déjà c’est une sorte de réécriture de contes, et je ne suis souvent pas super bon public avec ce genre de récits. Ensuite, Sadima est une héroïne noire et je vous laisse regarder la couverture du livre… Voilà. White-whashing again.

J’ai eu énormément de mal à être entraînée dans l’histoire. Le début m’a paru très long, et j’ai mis du temps à comprendre que Sadima était le personnage principal étant donné que tout le début fait la part belle aux trois sœurs pour lesquelles elle travaille. Le rythme est resté en dents de scie pendant tout le récit et je dois dire que j’ai eu du mal à terminer ce titre alors qu’il n’est pas si long (234 pages). La réécriture de ce conte est originale, je ne peux pas dire le contraire. Mais je n’ai vraiment pas réussi à accrocher. Le ton oscillait trop entre une histoire d’horreur glauque et une histoire d’amour. En fait, j’ai été super mal à l’aise pendant une grande partie de l’histoire. En même temps, si vous l’avez lu vous saurez de quoi je parle mais : c’est quoi ce gars qui trouve cette manière glauque de se glisser dans le lit des nanas ? Il n’y a que moi que ça choque ? Bref.

 

En bref, je suis complètement passée à côté et le terminer a été un soulagement. Certains aspects de l’histoire étaient vraiment glauques et m’ont mise mal à l’aise, même si la ré-interprétation de conte est en elle-même originale.

  1. Ce roman me tente mais je t’avoue que ta chronique me fait un peu peur notamment pour l’aspect glauque que tu soulèves….

      • Sphinxou
      • 14 février 2022
      Répondre

      J’ai envie de te dire de tenter car manifestement, on est genre deux à avoir détester ce titre seulement haha

Laisser un commentaire