Merveilles livresques

Collection “Une heure lumière” chez Le Bélial !

Avec mon inscription à la bibliothèque (vive les grandes villes), j’ai l’occasion d’aller fouiner du côté d’éditeurs que je ne lis pas habituellement. La dernière fois, je vous parlais de L’Épée de l’hiver de Marta Randall aux éditions Les Moutons Électriques.

LE CHOIX

Ils sont amis depuis toujours, ils ont seize ans ou presque. Damian vit et travaille avec son père, éleveur de crevettes et cogneur d’enfants. Lucas s’occupe de sa mère, ancienne passionaria d’un mouvement écologiste radical clouée au lit par la maladie dans la caravane familiale. Le monde est en proie à un bouleversement écologique majeur — une montée des eaux dramatique et une élévation de la température moyenne considérable. Au cœur du Norfolk noyé sous les flots et écrasé de chaleur, la rumeur se répand : un Dragon est tombé du ciel non loin des côtes. Damian et Lucas, sur leur petit voilier, entreprennent le périlleux voyage en quête du mystérieux artefact extraterrestre, avec en tête un espoir secret : décrocher la clé des étoiles…

Dans ce premier roman, nous découvrons un univers post-apocalyptique, où l’on comprend qu’il y a eu des rencontres extraterrestres et que la technologie y a une place importante. Beaucoup de notions autours de l’histoire de l’univers sont posées assez rapidement, et on est directement embarqués dans l’univers. 

L’intrigue met un peu de temps à se mettre en place mais ça en vaut vraiment l’attente. L’histoire se résout de manière assez inattendue et surtout elle se résout. Même si cette histoire est courte, elle est complète. Fouillée. En effet, le personnage principal est intéressant et à un background complet et vraiment réfléchi (notamment tout ce qui tourne autour de son monde de vie, de son histoire familiale…). Et l’auteur réussi à nous faire passer beaucoup de choses en un roman de seulement 90 pages ! 

J’ai passé un super moment, c’était un roman très intéressant à lire et dans un univers à propos duquel j’avais envie d’en apprendre plus !


LE SULTAN DES NUAGES

L’humanité a colonisé le système solaire au bénéfice de consortiums privés omnipotents régnant sur les transports spatiaux. Et ce jusqu’à la plus infernale des planètes, Vénus, dans l’atmosphère létale de laquelle flottent de stupéfiantes cités volantes, véritables miracles de technologie high tech. 
Plusieurs milliers d’entre elles sont sous la coupe d’un seul et même individu, Carlos Fernando Delacroix Ortega de la Jolla y Nordwald-Gruenbaum, le sultan des nuages, qui n’entrera en pleine possession de son héritage qu’une fois marié, et dont l’immense pouvoir attire toutes les convoitises. Pour David Tinkerman et le Dr Léa Hamakawa, scientifiques récemment arrivés de Mars en vue d’une expertise, les forces souterraines à l’œuvre autour du jeune satrape vont vite s’avérer plus mortelles que Vénus elle-même…

J’ai eu plus de mal avec ce deuxième titre. Par rapport à Le Choix, celui-ci fait vraiment plus l’effet d’une « grosse nouvelle » plutôt que d’un roman complet. Vous l’aurez deviné, ça finit un peu trop en queue de poisson à mon goût. Et surtout, cela tourne (trop) autour de l’amoooour. D’un personnage qui veut en épouser un autre, d’une autre romance parallèle… et je trouve qu’on met trop de côté le reste (toute la géopolitique etc.).

Néanmoins, l’univers est encore une fois très intéressant, et surtout dans sa géographie (avec des villes flottantes) et dans les cultures évoquées (les tresses de famille où chaque personne se marie deux fois…). Il y a des concepts vraiment intelligents et qui plaisent quand on aime la SF. Même si de nombreuses idées et concepts m’ont intéressées ça n’a pas suffi pour moi et j’ai beaucoup moins aimé cette lecture. 

J’ai été très contente de découvrir cette collection à travers ses deux titres ! Ils sont globalement assez courts (une centaine de pages) tout en permettant une chouette évasion dans un monde de science-fiction.

Laisser un commentaire