Merveilles livresques

C’est pas ma faute, Samantha Bailly & Anne-Fleur Multon

Aujourd’hui, petit détour du côté d’un thriller jeunesse avec C’est pas ma faute  de Samantha Bailly & Anne-Fleur Multon !

 

Un clic, et la vie de Lolita se retrouve sur YouTube… quel secret cache-t-elle ?

Prudence est la plus grande fan de Lolita, la célèbre youtubeuse. Or un jour, Lolita disparaît des réseaux sociaux. Quel secret dissimule son image si parfaite ?

Entre disparition et enquête, caméras et écrans, mensonges et vérité, Prudence et Lolita dansent un ballet qui pourrait se révéler mortel…

Fiche livraddict du livre.

Site web de Samantha Bailly.

Anne-Fleur Multon sur livraddict.

 

 

 

 

 

 

J’ai lu ce livre il y a quelques semaines, alors j’espère que mes souvenirs seront assez frais ! Sinon, tant pis haha. J’avais plutôt hâte de découvrir ce roman, j’ai suivi les vlogs écriture et j’ai lu quelques romans de Samantha Bailly alors j’étais curieuse. Je n’ai pas été convaincue à 100% mais j’ai aimé beaucoup de choses dans cette histoire. 

Comme dit dans le résumé, Prudence est une fan absolue de la youtubeuse Lolita. Le genre a analyser tous les tweets etc. Elle la connaît presque par coeur, comme si elle la connaissait en vrai, tellement elle a l’habitude de regarder ses vidéos, ses story insta etc. Quand Lolita disparaît, Prudence commence à enquêter et ça va l’emmener loin. L’histoire va souvent alterner entre les points de vues de Lolita et de Prudence, pour nous aider à nous approcher petit à petit de la résolution de l’intrigue. Je dois avouer que ce n’est pas ce qui m’a le plus tenu en haleine. C’était intéressant certes, mais ce n’est pas ce qui m’a tenue accrochée à mon livre. 

Prudence, par contre… oui. J’ai adoré ce personnage. Et l’intrigue avec Lolita ne sert finalement – à mes yeux – que de prétexte pour voir ce personnage s’épanouir et prendre confiance en elle. Prudence est noire, et elle subi du racisme au quotidien, et parfois elle ne s’en rendait même pas compte. Notamment au conservatoire, où elle danse, sa prof est plus sévère qu’avec les autres. Pourquoi ? Parce qu’elle est noire. Pendant tout le roman, Prudence prend confiance en elle, et, notamment au contact de Lolita, comprend qu’elle a tout à fait le droit d’être lesbienne, et qu’elle n’est pas un “monstre” (c’est elle qui le dit). La voir prendre conscience de beaucoup de choses sur sa couleur de peau, sur son genre ou sa sexualité était très doux et permet de faire passer de beaux messages aux ados qui liraient ce titre. 

Du côté de Lolita ce sont d’autres sujets qui vont être abordés. Toujours avec beaucoup de bienveillance et de prévention. Les réseaux sociaux et leur danger d’abord. Comment une ado de 16 ans pourraient arriver à faire face, seule, à ce qui peut lui arriver en ligne ? Gérer les partenariats, les opés sponsos etc. On parle aussi du “paraître”, du fait que la vie des gens en ligne n’est que ce qu’ils veulent bien nous montrer, et que derrière ça peut-être très différent. Enfin, les autrices abordent aussi les TCA et notamment l’anorexie mentale. J’ai trouvé que c’était très bien menée, avec bienveillance et gentillesse. C’est plein de bonnes intentions.

 

En bref, derrière un thriller qui sert un peu de prétexte, on découvre deux personnages lumineux, Prudence et Lolita, qui à elles deux vont permettre aux autrices d’aborder de nombreux thèmes comme le racisme, les TCA ou encore le harcèlement avec beaucoup de bienveillance.

Laisser un commentaire