Merveilles livresques

Cendres, de Johanna Marines

Un roman thriller-steampunk en plein dans le Londres victorien, voilà ce qui vous attend avec Cendres ! Merci aux éditions Snag pour cette lecture !

 

Londres, 1888. Nathaniel et Luna vivent dans un quartier mal famé de l’East-End. Pour survivre, ils sont obligés de revendre les objets qu’ils ont volés. Au même moment, à Westminster, Agathe accepte de devenir la domestique de la famille Henwoorth. Leur destin va basculer le jour où Nathaniel va découvrir un cadavre.

Agathe, une jeune femme plutôt naïve prête à tout pour payer les médicaments de sa mère malade. Celle-ci va être embauchée comme parurière chez les Henwoorth. Mais, rapidement, le fils aîné de la famille, Archibald, se montre étrange… Qu’attend-il vraiment d’elle ? Et si un tout autre destin l’attendait ?

Nathaniel Depford, un jeune homme de 27 ans, qui travaille comme allumeur de réverbères dans la vieille ville. Orphelin, il ne sait presque rien de ses origines. Mais, quand celle qu’il considère comme sa sœur, Luna, disparaît et que d’étranges cauchemars refont surface, son monde fragile vacille… Réussira-t-il à retrouver Luna avec l’aide de la police ? Ou devra-t-il faire chemin seul pour comprendre les forces obscures qui tirent les ficelles en coulisse ? Et si son passé le rattrapait ?

 

L’intrigue nous plonge dans un Londres des années 1880, et va nous faire suivre deux personnages en parallèle. D’abord sans lien, leurs histoires vont petit à petit se lier jusqu’à complètement fusionner. Bien que dans un univers au style très steampunk, cette intrigue va rejoindre très rapidement celle d’un polar. Meurtres, drogues et autres machinations vont alimenter cette histoire. Dès le début de l’histoire le suspense apparaît avec un chapitre qui doit arriver plus tard dans le livre, on regarde tout se construire en comprenant petit à petit les implications de ce premier chapitre. La tension monte au fil du roman, au fur et à mesure que les liens se mettent en place avant de nous surprendre en beauté à la fin du roman. Oui, la fin de ce roman totalement incroyable. L’autrice doit vraiment surprendre tous les lecteurs avec cette fin ! J’aime cette fin, car finalement elle est vraiment réaliste finalement.

Le Londres victorien exploré dans ce roman m’a beaucoup plu. Le steampunk apparaît dans des aspects très quotidiens de la vie, comme avec les oiseaux mécaniques qui livrent des courriers par exemple. Ainsi l’esthétique steampunk se glisse dans beaucoup d’aspects sans être trop prégnante ou mise en avant du genre “regardez voilà du steampunk” ! J’ai beaucoup aimé tout ça du coup. Et ça se ressent aussi sur la couverture que je trouve vraiment magnifique : pas d’engrenages à gogo quoi !

Les deux personnages vraiment principaux de ce livre Agathe et Nathaniel sont vraiment bien développés. On alterne régulièrement entre leurs points de vue (externes) et de manière intelligente. Leurs backgrounds se dévoilent au fil du roman pour s’entremêler. J’ai aimé la manière dont leurs histoires personnelles sont à tous deux importantes pour l’intrigue et la résolution de l’histoire. C’est là qu’encore une fois le côté thriller ressort avec toutes ces ramifications et histoires de familles cachées.

 

En bref, un roman très original à l’intrigue haletante et à l’univers très immersif ! J’ai passé un super moment et j’ai eu du mal à lâcher ma lecture. Je recommande à fond !

    • Vampilou
    • 12 mai 2019
    Répondre

    Je commence à le voir partout ce roman et ça me fait juste méga envie quoi !

  1. J’entends beaucoup parler de ce livre et même si le steampunk n’est pas trop mon truc, il me fait bien envie.

      • Sphinxou
      • 29 avril 2019
      Répondre

      Comme le steampunk n’est pas jetée à la figure du lecteur de manière ostentatoire ça peut être une bonne manière de tester 🙂

Laisser un commentaire