Merveilles livresques

Carne, Julia Richard #Plib2021

Je continue de vous parler de mes lectures du PLIB par ici avec, cette fois, un roman d’horreur bien particulier. TW sur le livre : sang, gore, viol, cannibalisme. 

 

Simon ne va pas bien. D’ailleurs, depuis qu’il s’est mis à vouloir manger de l’humain, les choses ne tournent pas bien rond dans sa tête. Face à une société qui les traite, lui et ses congénères, comme des zombies, il fait de son mieux pour garder sa dignité, s’occuper de sa famille et être professionnel au bureau. Mais comment rester soi-même quand la faim frappe à la porte avec autant de délicatesse qu’un tank sur un champ de mines ? Contraint à gérer son état parasite en maintenant l’illusion de la routine, il décide d’en faire une histoire de famille. Et vous savez ce qu’on dit sur les histoires de famille ? C’est toujours un sacré bordel.

Fiche livraddict du livre.

#ISBN9782918541707

 

 

 

Bon. J’ai pris mon temps avant d’écrire cette chronique. Ça fait au moins quelques semaines que j’ai lu ce titre. Comme ça, ma colère est retombée. Oui, en terminant ce livre j’étais en colère, à cause de nombreux points de ce livre. Ce roman a suscité quelques débats parmi les jurés à cause de son côté horrifique et gore. Et je pensais qu’il allait me plaire étant donné que ça ne me gêne pas forcément d’habitude. Je vous avoue que, pour moi, il n’aurait même pas dû être dans les sélections mais bon…

L’intrigue est plutôt intéressante. On suit Simon, qui se met à vouloir manger de la viande humaine et qui pète totalement des câbles s’il ne le fait pas. Mais bon, il se rend bien compte que ce n’est pas très compatible avec une vie normale. Alors il essaie de garder la face, tout en grignotant des gens par ci par là. On va suivre l’évolution de la maladie dans la société et comment Simon va s’adapter (plus ou moins). La narration est assez originale, car les chapitres ne sont pas dans l’ordre ! Mais pas de panique, c’est totalement fait exprès. C’est une manière de coller au plus près à la psyché de Simon qui a des pertes de mémoires et des blackouts. Du coup on peut passer du chapitre 4 au 18 puis revenir au 6 etc. C’est plutôt bien intercalé et on ne perd pas le fil. J’ai vite pris le pli et j’ai bien aimé cette idée. 

Cette idée d’intercaler les chapitres est, je pense, le seul point qui m’ait vraiment plu. En dehors de ça, beaucoup d’éléments m’ont gêné dans ce livre. D’abord le côté très gore et sanglant. Souvent assez graphique, et parfois ça m’a vraiment presque donné la gerbe quoi. Ensuite, j’ai eu beaucoup de mal avec le personnage de Simon et la relation qu’il a avec sa fille. Je sais que c’est en parti dû au virus, mais ça part clairement dans de l’inceste et ça m’a mise mal à l’aise. De manière générale, j’ai trouvé le traitement des femmes et des personnages féminins plutôt mauvais. La fille de Simon est posée en vengeresse qui se venge de son viol et devient ensuite complètement cinglée. Franchement ça m’a dérangé.

 

 

En bref, une lecture qui n’était pas pour moi. Et même si la thématique des zombies rentre dans la science-fiction, j’ai dû mal à voir ce titre dans la sélection du PLIB.

  1. Répondre

    J’ai pas mal entendu parler de ce livre et il me tente pas du tout.
    La couverture, le côté gore et cannibalisme mais bon peut être à l’occasion.
    Merci en tout cas pour ce retour honnête.

      • Sphinxou
      • 3 mai 2021
      Répondre

      Il faut vraiment s’accrocher pour lire celui-ci !
      Et merci à toi, j’avais vu beaucoup d’avis très positifs et j’ai eu un peu peur avant de poster ma chronique, mais ne même temps on est là pour ça 😀

Laisser un commentaire