Merveilles livresques

Les faucons de Raverra tome 2, de Melissa Caruso

En juillet dernier je vous parlais du premier tome de Les Faucons de Raverra, par Melissa Caruso. Ce premier volume m’a beaucoup plu et j’étais très heureuse de pouvoir me lancer dans la suite. Merci aux éditions Bragelonne et aux ladies de l’édition pour la découverte de cette saga. 

 

À la frontière raverraine, le Vaskandar se prépare à la guerre. Mais avant de déclencher les hostilités, les dix-sept Hauts Ensorceleurs ont convenu de se réunir pour un Conclave où chacun devra prendre position sur la question. Amalia Cornaro sait que cet événement sera sa seule chance d’étouffer les flammes menaçantes des affrontements, et elle est prête à tous les sacrifices pour sauver Raverra de la destruction.

Amalia et sa sorcière du feu Zaira devront alors s’aventurer au-delà des lignes ennemies et user de toutes leurs ressources d’intelligence et de ruse pour parvenir à détourner le Vaskandar de ses sombres projets.

Si elles échouent, ce sera au tour du feu et de l’acier de parler… 

Les faucons de Raverra tome 1.

 

 

J’avais extrêmement hâte de lire ce second tome, je me suis jetée dessus dès que je l’ai reçu. Le premier avait déjà une intrigue assez ambitieuse et malgré sa résolution on pouvait sentir que cela posait les bases de quelque chose de beaucoup plus grand. Et c’est en effet ce qui vous attend dans ce deuxième volume. Si le premier prenait le temps de poser les bases de cet univers, le second nous fait retomber directement dans l’action ! Nous retrouvons Amalia et Zaira ainsi que les autres faucons dans la capitale de l’empire Sérénissime. Le couperet tombe directement, plusieurs faucons sont décédés et une guerre menace aux frontières avec le Vaskandar

Amalia va se retrouver au milieu des hostilités et est envoyée pour tenter d’éviter cette guerre, en vertu de ses liens familiaux avec un des Hauts Ensorceleurs du Vaskandar. Entre intrigues politiques, tentatives de meurtres et d’enlèvement Amalia se trouve bien démunie au milieu de ces mages pour la plupart complètement tarés ou cruels. Vous l’aurez compris, ce tome amène une multitude de nouveaux personnages. Si Zaira m’avait semblé haute en couleurs, ce n’est finalement rien par rapport aux sorciers que l’on rencontre dans ce second volume, et notamment l’un d’entre eux qui risque de continuer à bouleverser la vie d’Amalia. 

La magie prend une nouvelle ampleur dans ce tome. Avec les Hauts Ensorceleurs on explore la vivomancie, et chaque mage est associé à quelque chose de différent – un animal, une plante ou quoi. De ce point de vue c’est un peu classique, j’en conviens, mais dans la pratique cela donne des situations intéressantes. Notamment par rapport à la manière dont les territoires appartiennent aux mages, dans leur sang. C’est un côté de cette magie très intéressante. Côté sorcière, on n’est pas en reste avec Zaira et l’évolution de ses pouvoirs. Elle apprend à les contrôler aux côtés d’Amalia et j’ai aimé voir comment leur relation continue d’évoluer, elles sont maintenant plus dans un échange et dans une confiance mutuelle qu’avant. La fin du tome marque un gros tournant dans l’histoire de cet univers et promet quelque chose d’encore plus grand pour la suite. 

 

En bref, un second tome clairement à la hauteur de mes attentes ! L’intrigue gagne en proportions et la magie prend également de l’ampleur.

Laisser un commentaire